Cliquez ici pour revenir à la page principale de la collection

 

 


Une histoire de Zeiss

Remonter ]

Mario

Votre photographe, Mario Groleau





Achetez mon livre photo en cliquant ci-dessous:
Une façon différent...
Par Mario Groleau


Courriel pour MARIO GROLEAU


Appareils de ma collection


Nouveaux
Appareils


Liens pour collectionneurs


Comment vendre sur Ebay


MANUELS PHOTOS!

PLEIN TEXTE


À VENDRE


Estimation

€€€€  $$$$


Pubs Antiques

Publicités anciennes / Vintage advertising


Magazines
Revues anciennes / Vintage magazines


Accédez à la page du test ultime, celui de la coccinelle!


Accédez au site de Trois-Rivières en images

Trois-Rivières


 

THE PHOTOGRAPHIC HISTORICAL SOCIETY OF CANADA
(La société canadienne d'histoire de la photographie)

Une histoire de Zeiss

Larry Gubas

Traduction en cours

L'histoire d'amour entre Larry et Zeiss commence en 1968 lorsqu'il se procure son premier appareil Zeiss Ikon, un Ikonta D des années 30 pour 10 dollars. Actuellement il est le pilier de la « Zeiss Historica Society ». Son travail inclus l'édition du « ZHS Journal» (Le journal de la Zeiss Historica Society) et celle du site de la ZHS. ZHS est unique car son champ d'intérêt s'étend à toutes la gamme des produit Zeiss et non pas uniquement à l'équipement photographique.

 

Son discours met en lumière l'histoire des Zeiss et de Zeiss Ikon de la fondation jusqu'à aujourd'hui en mettant l'accent sur les personnalités qui ont forgées les différentes compagnies et sur leurs contributions à l'industrie optique .

 

CARL ZEISS, est né à Weimar en 1816 dans une bonne famille, il complète une éducation classique puis devient apprenti fabriquant d'instrument. Il devient un mécanicien expert et en 1846 il acquière son entreprise maîtresse, établissant ainsi Carl Zeiss, Jena qui fabrique alors des instrument pour les Universités. À ce moment là, l'optique n'est pas encore une science. Quelques entreprises fabriquent du bon matériel et d'autre non. Carl Zeiss, Jena connaît des débuts difficiles, il ne peut se contenter de fabriquer des microscopes et des loupes pour étendre son affaire. La solution est d'engager quelqu'un pour complémenter son expérience personnel. Après quelques malchances ils fait un choix brillant, il engage le jeune Ernst Abbe.

 

 

Le champs d'intérêt de ERNST ABBE est celui des instruments de mesure; il désire devenir professeur. Son manque de formation en optique lui donne une vue non biaisée des problêmes. En 1867, après cinq ans de travail en optique il comprend enfin comment les microscopes voient à forts grossissement, if défini alors sa fameuse loi des Sinus, abasourdissant ses contemporains , il lance alors l'optique sur des bases scientifiques.

 

 

CARL ZEISS connu des temps dur dans le milieux du XIXe siècle. Il n'avait que quelques employé et ne faisait que qu'un vingtaine de microscopes par ans. Il prenaient des apprentis et les imprégnait du désir de fabriquer des instrument de qualité. Il vendit le tier de son entreprise à Abbe (Payé par le beau-père de Abbe). La compagnie croît lentement atteignant une production de 1000 microscopes par an. Abbe discutait régulièrement avec des groupes de scientifiques, de là lui vint l'idée d'encourager l'industrie à se standardiser et à utiliser les filets RMS. En 1870 le quart de la production était exporté.

 

 
OTTO SCHOTT vient d'une famille de fabriquant de verre de fenêtre, il collabora avec Abbe pour créer un verre selon les spécifications mathématique de celui-ci. Zeiss n'était pas enclin à étendre son affaire au dela de ce qu'il faisait déjà. Abbe a continué de traiter avec Schoot et l'a encouragé à venir à Jena. Abbe n'avait pas les fond, Zeiss ne pouvait l'aidé, Abbe a alors proposé une solution.

 

KARL RAMBERG, qui avait étudié sous Zeiss et Abbe avait des relations avec les militaires Prussiens. Il convinquît les le gouvernement prussien d'investir la moitié des fonds nécessaires dans une nouvelle usine de verre afin de trouver une solution pour la production de thermomètres de précision.  Schott fourni au gouvernement un verre à faible inertie thermique pour les besoins de la cause. Ce verre s'avéra avoir des qualités optique certaine permis la fabrication d'objectif apochromatiques (Objectif qui réalise la mise au point simultanée des trois couleurs dans le même plan).

 

 
PAUL RUDOLPH créa plusieurs des plus célèbres objectif de Zeiss, incluant les Anastigmat appelés plus tard Protar et les Tessar. M.Zeiss qui était maintenant octogénaire décida d'embaucher des gens plus éduqué, comme Rudolph. Abbe fonda une école pour former le personnel à la fabrication des microscopes. En 1911, Rudolph décida de devenir un «gentleman farmer» et de vivre de ses royalties, il fit cependant un retour lors de la Grande Guerre pour concevoir des optiques militaires.

 

RODERICH ZEISS repris l'affaire à la mort de son père. Rendu infirme suite à un accident, il passa le pouvoir à Abbe. En 20 ans le nombre des employé passa de 200 à 2000 et Zeiss fabriquait alors 40 000 objectifs photographiques par an. Au départ la production était faite en partie à l'extérieur par Voigtländer jusqu'au moment ou Zeiss fut capable d'assumer lui même la production.

 

CARL-ZEISS-STIFTUNG fut fondée par Ernst Abbe. Comme Abbe se faisait vieux il s'intéressa à la gestion future de son affaire, dans un éclair de génie, il créa une fondation qui posséderait et gèrerait l'affaire. La Fondation Carl Zeiss établi plusieurs pratiques modernes dans la gestion des affaire comme: la journée de huit heures, la couverture médicale, la participation aux profits et une politique établissant le meilleur salaire payé par la compagnie à sept fois le salaire le plus faible. En 1905 Abbe mouru, la firme produisait alors une grande variété d'instruments optiques incluant les microscopes, les jumelles, les objectifs photographiques, les télémètres et autres intruments militaires, et des instruments astronomiques.

 

LA FABRICATION SOUS LICENCE fut une autre décision de génie de Zeiss. Le premier appareil photographique de Zeiss date de 1898. En 1903 le Tessar de Rudolph fut annoncé. Il devint le plus populaire et le plus copié des objectifs photo, en 2003 nous en fêtions le 100e anniversaire. Zeiss vendit ses objectifs à d'autre fabricants d'appareils photo. Avant 1913, les pays imposaient des tarifs douaniers importants pour protéger leur industries nationale. Pour passé outre les tarifs douanier et encourager les ventes, Zeiss choisi des entreprises dans plusieurs pays et leur octroya des licences de fabrication pour produire des produits Zeiss (Bausch & Lomb, Krauss, etc.). Après la Grande Guerre, l'Allemagne subit un blocus contre la production de bien potentiellement militaires, Zeiss créa alors une compagnie appelé Nedinsco aux Pays Bas. Zeiss acheta alors plusieurs petits fabricants de propriétaire uniques morts ou retraités (Winkel, Hensoldt, Emil Busch, etc.).

 

ZEISS IKON a été formé en 1926 devenant la plus grande compagnie d'appareils-photo du monde. Après la grande guerre, la consolidation d'industrie a commencé sérieusement. Quatre compagnies ont été combinées pour former Zeiss Ikon. La nouvelle société a fait face à une tâche massive de consolidation de produit - plus de 1.000 modèles d'appareils-photo de constructions différentes. Des modèles ont été combinés, lâchés et liquidés. Le premier «nouveau modèle» était un appareil-photo bon marché, il avait un objectif semblable à la conception «1840» de Petzval. À partir de  1930, on s'attendait à ce que le film 127 et l'appareil Kolibri avec un objectif rapide de Tessar (Bio-Tessar) soit un modèle important. Cependant, il a eu des problèmes techniques - le bureau de conception n'a pas jugé le film suffisamment plat pour donner des résultats acceptables..

 

EMANUEL GOLDBERG qui avait travaillé pour Zeiss et sa filiale Ica, a pris le contrôle Zeiss-Ikon. Il était très inventif (des concepts développés de microfilm et de microdot). En 1932, forcé à partir par le régime de Nazi, il a déménagé au bureau de Zeiss à Paris et en 1937 il parti pour la Palestine.
HEINZ KUPPENBENDER était un jeune ingénieur qui a joint Zeiss Ikon peu de temps après la fondation . Zeiss a été pris au dépourvu quand en 1924, Leica a établi les nouvelles normes dans le marché de l'appareil-photo de miniature. Un appareil-photo concurrent est devenu une priorité pour Goldberg et Küppenbender a reçu la tâche d'établir les détails techniques de ce nouvel appareil. Le célèbre Contax  devait être un appareil-photo meilleur à bien des égards que le Leica. Un modèle fonctionnel a été montré à la foire de Leipzig en 1932 à de revendeurs choisis. La fabrication avait été projetée pour dans quelques années, mais le modèle fonctionnel a été volé à lors de l'exposition.
On a donc précipité la fabrication du CONTAX. Malheureusement  les première version du premier modèle  (il y avait huit versions du premier modèle) n'ont pas bien fonctionnés. Beaucoup ont échoué les tests et ont été retournés à la chaine de montage avec une lettre apposée au numéro de série original.  Considérant que Leitz continuait à modifier et améliorer ses appareil-photo de base pour créer de nouveaux modèles, chaque nouvel appareil-photo de Zeiss Ikon était un produit totalement nouveau. Les appareils-photo 35mm ont rapporté très peu d'argent, mais les techniques développées pour ceux-ci ont été appliquées aux modèles utilisant des pellicules plus grandes qui étaient meilleur marché à fabriquer, plus faciles à vendre, et plus profitable. Après 1939, aucun nouvel appareil-photo n'a été développé. Chacun des appareils-photo 35mm  qui a été fait à Dresde l'on été avec du personnel juif et des prisonniers pendant la guerre. Zeiss a embauché plus de 20.000 personnes.

 

FRACTIONNEMENT. À la fin de la guerre et suite à la partition  l'Allemagne entre l'est et l'ouest, les militaires américains sont parvenus à déplacer le personnel principal, les plans et une collection de rares objectifs d'appareil-photo à Stuttgart dans la zone occidentale. Les militaires ont alors envoyé les plans et la collection d'objectif aux Etats-Unis (la collection d'objectif a été examiné par Burke & James de Chicago pendant plusieurs années, et a alors été liquidée comme excédent de guerre et dispersée aux quatre vents). La Russie a ramené toutes les machines, les inventaires, et beaucoup d'employés d'Iéna, de Berlin, et de Dresde en Russie.

 

STUTTGART. Leitz and Rollei were ready to begin production as soon as the war ended. Voightlander quickly bought the available stock of Schott optical glass. Zeiss Ikon had to start from scratch which they did by making folders since that was the line it previously made at Stuttgart. The Ikonta and Super Ikonta models were made first using left over parts from Jena. The first lenses were not Zeiss made. It took a few to years to roll out the Contax. In 1949 the Contax S was produced using a traditional cloth shutter rather than the metal version originally specified by Goldberg.
 

STUTTGART. Leitz et Rollei étaient prêts à commencer la production dès que la guerre a fini. Voightlander a rapidement acheté les actions disponibles du verre optique de Schott. Zeiss Ikon a dû commencer à partir de l'éraflure qu'elles ont faite en faisant des chemises depuis qui était la ligne qu'il a précédemment faite à Stuttgart. L'Ikonta et les modèles superbes d'Ikonta ont été faits d'abord en utilisant les pièces finies gauches à partir d'Iéna. Les premiers objectifs n'étaient pas Zeiss fait. Elle a pris quelques uns aux années au roulement hors du Contax. Dans 1949 le Contax S a été produit en utilisant un obturateur traditionnel de tissu plutôt que la version en métal à l'origine indiqués par Goldberg.

 

KUPPENBENDER took over as head of the West German Zeiss Ikon company, but none of its post war camera designs succeeded. They were 'behind the curve', shutter driven designs making use of the products from two leaf shutter makers Zeiss owned. The Contaflex, its top line 35mm SLR camera was popular, but no effort was made to add a rapid film advance, auto return mirror etc. to compete with newer cameras. Voigtlander was purchased in 1956 - another bad decision that led to ten years of internal competition. For example, an excellent Voigtlander design was turned down since it wasn't a Zeiss Ikon design, while the heavy, awkward, over-designed Contarex with its heavy lenses continued to be made.

 

KUPPENBENDER a succédé comme tête de la compagnie ouest-allemande de Zeiss Ikon, mais aucun de ses design d'appareil-photo d'après guerre n'a réussi. Elle était 'derrière la courbe ', des conceptions conduites par obturateur se servant des produits de deux fabricants Zeiss d'obturateur de feuille possédé. Le Contaflex, son appareil-photo supérieur de la ligne 35mm SLR était populaire, mais aucun effort n'a été fait d'ajouter une avance rapide de film, un miroir de retour etc. d'automobile pour concurrencer de plus nouveaux appareils-photo. Voigtlander a été acheté en 1956 - une autre mauvaise décision que cela a menée à dix ans de concours interne. Par exemple, une excellente conception de Voigtlander a été tournée vers le bas puisque ce n'était pas une conception de Zeiss Ikon, alors que le Contarex lourd, maladroit, au-dessus-conçu avec ses objectifs lourds continuait à être fabriqué.

ZEISS IKON last made a profit in 1954 and by 1971 it succumbed to the Japanese competition and ceased manufacture. Zeiss made a deal with Yashica for brand name use and over time dropped the manufacture of photographic lens while continuing to do lens design.
 

ZEISS IKON a pour la dernière fois fait un bénéfice en 1954 et d'ici 1971 il a succombé à la concurrence japonaise et a cessé la fabrication. Zeiss a fait une affaire avec Yashica pour l'usage de nom de marque et le temps d'excédent a laissé tomber la fabrication de l'objectif photographique tout en continuant à faire l'objectif conçoivent.

TOGETHER AGAIN. Zeiss is still in good shape today, having merged its east and west German operations. It continues to make exotic measuring devices, microscopes in Jena, binoculars in Wetzlar (old Hensoldt plant) and Planetariums in Jena. I enjoyed hearing* Larry tell the story of this amazing company, one of the few companies from early 1800s era of German optical works to survive.

 

ENSEMBLE ENCORE. Zeiss est toujours dans la bonne forme aujourd'hui, après avoir fusionné ses opérations est et ouest-allemandes. Elle continue à faire les appareils de mesure exotiques, les microscopes à Iéna, les jumelles dans Wetzlar (vieille usine de Hensoldt) et les planetariums à Iéna. J'ai eu plaisir à entendre * Larry indiquent l'histoire de cette compagnie étonnante, un des quelques compagnies de l'ère 1800s tôt des travaux optiques allemands pour survivre.

*I was unfortunately unable to attend the presentation in person due to an urgent family matter. I listened to a recording of the talk to create these notes and added a few images from Zeiss promotional material which of course are not the ones shown during the presentation. The portrait of Larry Gubas and the group shot are courtesy of Robert Lansdale.

Bob Carter
 

* Je ne pouvais pas malheureusement assister à la présentation chez la personne due à une question pressante de famille. J'ai écouté un enregistrement de l'entretien pour créer ces notes et ai ajouté quelques images de matériel promotionnel de Zeiss qui naturellement ne sont pas celles montrées pendant la présentation. Le portrait de Larry Gubas et le projectile de groupe sont courtoisie de Robert Lansdale.

Bob Carter


Page © 2003 by The Photographic Historical Society of Canada
Webmaster: Bob Carter
URL: http://www.phsc.ca/Zeiss.html
 

Pages Affichées sur mgroleau.com depuis mai 1997: Commander l'ouvrage sur les appareils PHOTAX
Page visités dans la section photo:

Sylvain Halgand Collectionneur Francophone
FORUM DES COLLECTIONNEURS FRANCOPHONES D'APPAREILS PHOTOGRAPHIQUES ANCIENS.

Petites annonces dédiées aux appareils photo anciens

 


Chercher WWW Chercher mgroleau.com



Ou faire réparer son appareil?