Titre

Henri Cartier-Bresson

 Avez-vous essayé le mode plein écran (F11)?

ENGLISH VERSION (AUTO-TRANSLATED)


Informations utiles
Visitez

La Mauricie et le Centre-du-Québec!

Québec, Montréal, Charlevoix ...!

Une visite du Trois-Rivières d'aujourd'hui!

Histoire
Photographies anciennes de Trois-Rivières
Navigation Remonter ]

Henri Cartier-BressonMercredi le 4 août 2004, nous apprenons la mort mardi d'un des plus grands photographes du 20e siècle!

PARIS (AP) - Un "oeil" se ferme: Henri Cartier-Bresson s'est éteint à l'âge de 95 ans.

Dans un communiqué, sa famille, la Fondation qui porte son nom et l'agence Magnum Photos qu'il avait cofondé ont annoncé qu'il était mort mardi à 9 h 30 dans sa maison du Luberon, à Cereste (Alpes-de-Haute-Provence).

Selon son entourage, il a été inhumé dans le cimetière de Montjustin (Alpes-de-Haute-Provence). Chez Magnum, on précise que ses obsèques ont eu lieu mercredi dans la plus grande intimité. Un hommage sera organisé à la mémoire d'Henri Cartier-Bression début septembre.

Témoin de la vie dans tous ses états, Cartier-Bression avait inventé une nouvelle vision, le "regard Magnum", du nom de l'agence qu'il avait fondée en 1947. Le "moment décisif", qu'il traquait patiemment avec son Leica, restera la marque de son oeuvre, exemplaire pour des générations de photographes.

Né le 22 août 1908 à Chanteloup (Seine-et-Marne), ce fils de grand bourgeois se destine très jeune à la peinture. Elevé dans le culte du "Quattrocento", il devient à 19 ans l'élève du cubiste André Lhote et fréquente les surréalistes. A leur contact, il apprend la rigueur des formes.

"Ce qui compte, c'est la forme", aimait à répéter ce peintre devenu photographe, qui n'a jamais travaillé qu'au 50mm, l'optique la plus proche du regard humain.

En 1930, après des études à Cambridge, il effectue un voyage en Afrique occidentale française. Atteint de paludisme, il regagne la France en 1932. Désormais résolu à parcourir le monde, il prend conseil auprès de photographes de "L'Illustration" et acquiert son premier Leica. L'appareil devient dès lors "le prolongement de (son) oeil".

Son intérêt pour la photographie s'affirme au cours de voyages en Europe, dont il tirera "Des Européens", vaste balayage de 40 années de travail. Poussé par la joie de l'instant et l'envie de conserver en images les bouts de vie qu'il croise, il voyage.

Après l'Espagne en 1933, il participe l'année suivante à une expédition ethnographique au Mexique, pays cher à "HCB" comme en attestent ses "Carnets mexicains 1934-1964". Déjà, ses pérégrinations sont ponctuées d'expositions de ses "visions", comme arrachées d'un coup sec à la réalité.

En 1935, il se rend aux Etats-Unis, où Paul Strand l'initie aux techniques du cinéma. De retour en France, il reste attiré par le septième art et travaille, de 1936 à 1939, comme assistant de Jean Renoir, ce qui lui vaudra de participer au tournage d'"Une partie de campagne" et de "La Règle du jeu". En 1937, il passera lui-même à la réalisation avec un documentaire sur les organisations sanitaires pendant la guerre d'Espagne.

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé dans la section photographique de l'armée française. Fait prisonnier en 1940, il réussit à s'évader à la troisième tentative. De 1944 à 1945, il s'associe à un groupe de photographes pour couvrir l'Occupation et la Libération de Paris.

Après la grande exposition "posthume" que lui consacre en 1946 le Musée d'art moderne de New York (MoMA), qui le croit mort en captivité, il fonde avec Robert Capa, David Seymour et George Rodger l'agence coopérative "Magnum Photos", aujourd'hui référence absolue en matière de reportage.

En 1948, il part pour trois ans en Orient. Il visitera l'Inde, la Birmanie, le Pakistan, la Chine et l'Indonésie. Tel un animal lâché parmi les hommes, il capte "au hasard de l'objectif" la vie de ses contemporains du bout du monde. Contrairement à celles de ses confrères photo-journalistes, ses images sont dépourvues de toute intention de démontrer ou de dénoncer.

Considéré comme le plus grand reporter de son époque, il devient en 1954 le premier photographe européen à se rendre en URSS après la mort de Staline. L'année suivante, le Musée des arts décoratifs de Paris lui rend hommage en présentant 400 photographies glanées en 22 ans de voyages. C'est la première exposition parisienne pour "HCB", déjà honoré par des villes comme New York et Madrid.

En 1958, il revient en Chine pour le dixième anniversaire de la République populaire. Il est ensuite à Cuba, au Mexique et au Canada. Puis ce sera l'Inde et le Japon, après quoi il rentre à Paris photographier les événements de mai 1968. Entre-temps, il quitte Magnum en conservant les droits de ses archives.

A 64 ans passés, il entame une nouvelle carrière de peintre. Après avoir marqué le siècle de ses photographies, il semble rechercher la méditation, comme en témoigne sa conversion au bouddhisme. "Mais, parfois, je travaille encore trop vite: on n'utilise pas impunément un appareil photographique comme un paquet de nerfs pendant 40 ans", avouera-t-il à l'aube de ses 90 ans.

En 2000, le photographe avait décidé avec sa femme Martine Franck et leur fille Mélanie de créer la Fondation Henri-Cartier-Bresson pour préserver l'oeuvre de celui qui fut l'un des pères de la photographie moderne mais aussi présenter les travaux d'autres photographes, dessinateurs, architectes ou cinéastes.

Reconnue d'utilité publique en 2002 par l'Etat Français, la fondation, installée dans le XIVe arrondissement de Paris, avait organisé sa première exposition l'an dernier, une étape coïncidant avec une vaste rétrospective à la Bibliothèque nationale de France intitulée "De qui s'agit-il?" et présentant près de 350 oeuvres.

Outre ses reportages parus dans les plus grands magazines, "HCB" avait publié une vingtaine d'ouvrages.

Malgré sa renommée mondiale, son visage était resté jusqu'au bout celui d'un parfait anonyme. "C'est très bien d'être célèbre, à condition d'être inconnu", glissait-il en citant Edgar Degas.

 


Photos de Trois-Rivières Photos anciennes Photos anciennes de May Lemay Panneaux touristiques Rephotographie Trois-Rivières illustrée Québec Cap de la madeleine Dessins


Web mgroleau.com
www.collection-appareils.com

Merci encore pour votre visite!

Pages visitées depuis le 26 mai 1997:

www.niko-photographie.com



Québec Numérique

mario_groleau - View my most interesting photos on Flickriver